Festival Rio Loco 2008 - Le blog Balkanique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La fête jusqu’à faire sortir les poissons hors de l’eau !

Comptes rendus de concerts

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, juin 25 2008

Cartes postales des Balkans...

Avec, encore de la musique plein la tête, quelques souvenirs de la prairie ensoleillée

THViolon

Lire la suite

lundi, juin 23 2008

Sieste (ou presque) aquatique

Il devait bien y avoir 3000 personnes à la piscine Nakache hier après-midi _30° à l'ombre. Pourtant, au milieu des cris, on pouvait entendre, subtile, une musique électronique taillée sur mesure pour un dimanche de farniente. "Les siestes électroniques", en partenariat avec Rio Loco comme l'an dernier donnaient un avant-goût de leur festival [1]. Marek, toulousain et Cosmin, roumain proche du festival Rokolectiv, se sont éclatés à fabriquer un très beau son planant, malheureusement pas forcément apprécié à sa juste valeur par la foule excitée de la grande pataugeoire...

Toute la programmation des Siestes électroniques

Notes

[1] du 25 au 29 juin à Toulouse

La fête à faire sortir les sirènes hors de l'eau

Enfin ! Depuis Fatima Spar, nous n'avions guère vu que quelques danseuses au milieu de tous ces groupes très mâles. Les roumains de la fanfare Ciocarla ont fait de la place sur scène pour la "reine des Tziganes" herself, Esma Redzepova. Tout en technicolor, fausses perles et paillettes, des danseuses venaient tournoyer autour des invités _Johny Iliev, Florentina Sandu, Ivo Papasov_ de ce boeuf, organisé pour palier la chute de cerisier de Goran Bregovic _comment, vous n'êtes pas au courant ?_. Enchaînant les standards qui doivent encore vous trotter dans la tête, les "rossignols" roumains ont invité la Macédoine et la Bulgarie, faisant souffler un vent très oriental sur la prairie bondée où ils ont mis le feu dans la lumière dorée.

dimanche, juin 22 2008

Balkan Hotpeeper

Fidèle à sa réputation, le Ramier a offert, cette nuit, un after inoubliable. DJ Shotnez chauffe tranquillement la salle qui se remplit petit à petit de son électro aux sonorités balkaniques.

ecran_ramier

Lire la suite

Pour cette Fête de la Musique, le son est dans la boîte

Le soleil décline sur la scène du Pont-Neuf alors que les basses résonnent autour de la Prairie des Filtres, Fête de la Musique oblige. Mais, l’énergie des Balkan Beat Box va très vite imposer son rythme.

Lire la suite

vendredi, juin 20 2008

Besh O Drom musical géant au pied du Pont-Neuf

Besh O Drom

Lire la suite

Bande de bandits !

L'accordéon de Marin Manole est un peu cabossé, les pieds du cymbalum de "Ionica" sont rongés par les voyages ; Paul Giuclea un rien serré dans sa chemise hawaïenne, en rajoute dans le cabotinage ; après le concert un des violonistes descend dans le public pour discuter violon, « tiens, qui veut me l'acheter ? » Ils sont comme ça, nature, pas disciplinés, plus à l'aise avec les gens que sur une grande scène, et pourtant... c'est le Taraf de Haïdouks ("bande de brigands"), le plus célèbre groupe de musique tzigane de Roumanie. Qui le croirait ? Depuis leur petit village de Clejani en Roumanie, ces gars-là sont allés se faire applaudir au Carnegie Hall de New York et au Bataclan à Paris ! Bandits de grandes lignes, brigands au grand coeur.

Une fin de soirée en accordéon

Ils sont assis tranquillement sur la place de la scène Village, attendant paisiblement Martin Lubenov. Une soirée exceptionnelle se prépare car l’accordéoniste bulgare invite, ce soir, Richard Galliano.

Lubenov commence par un petit solo sous une lumière tamisée. La pleine lune veille alors que le contrebassiste, le guitariste et le batteur s’installent. Et, en moins de deux minutes, tout le monde est debout ! Les spectateurs affluent pour assister à un concert qui regroupe deux générations d’accordéons.

Richard Galliano, qui a remis au goût du jour la musette aux sonorités jazz et traditionnelles. Martin Lubenov qui puise lui dans la tradition balkanique. On danse, on se bécotte ; cette scène Village n’aura jamais aussi bien porté son nom.

jeudi, juin 19 2008

Le noble orchestre du ghetto en images

mahala_paysage

Mahala Rai Banda, littéralement le noble orchestre du ghetto, a enflammé la scène du Pont-Neuf

Lire la suite

Prairie inondée, Village sous le soleil !

Fatima Spar & The Freedom FriesOui, c'était elle hier la plus belle, sous le soleil de retour à Toulouse. La chaleur de sa voix comme en écho à la douceur de cette fin d'après midi, Fatima Spar nous a envoûtés. Avec ses yeux de chat étincelants, son corps fluet et mouvant, elle nous a fait entrer dans la danse, en commençant par nous faire lever (faignants !). Miaulant, sussurant au mégaphone, chantant tout bellement des chansons, qu'elle écrit en turc ou en anglais. Ses Freedom Fries, splendides musiciens, nous ont fait gigoter sur des airs jazzy ou pop ou ...autre chose qui est leur signature. Sans pitié pour la soirée qui s'annonçait pourtant bien remplie !

Lire la suite

Une DJ qui fait même danser les béquilles

Entre Toulouse et les Balkans, Istanbul. Ce véritable carrefour culturel passait par la route de l’électro pour ce premier after du Ramier. Une femme aux platines, DJ Beyza pour un set "Electro from Istanbul".

"Mais, c’était pas une DJ qui devait mixer ?", s’étonne cette Rio Loqueuse qui vient tout juste de passer les portes de la discothèque. De son vrai nom, Ahmet Sendil, prendra vite la place sous l’énorme lustre et déverser son flot de gros son pour le plaisir des oreilles.

Les danseuses et les danseurs se laissent donc aller pour ce début de nuit. Un jeune homme en béquille, pris dans la tempête musicale en oublie même un temps ses jambes incertaines. Ses béquilles donnent le tempo au-dessus des têtes. Et, la nuit n’est pas terminée.

La Prairie des Filtres inondée

Cela devait arriver après le déferlement de ces dernières semaines. Même les prévisionnistes ont vu leurs calculs largement dépassé : la Prairie des Filtres a été inondée par une véritable marée humaine pour cette première soirée.

Lire la suite

mercredi, juin 18 2008

Paris / Balkan, version jazz

"Deux bières !", "un blanc !", les verres tintent. On s’active derrière le bar du Mandala, un quart d’heure avant l’entrée en scène de Janko Nilovic. Le piano noir, superbe, laisse reposer ses touches d’ivoire sur une scène encore paisible alors que la température monte dans le Jazz Club.

Lire la suite

dimanche, juin 15 2008

Pour les beaux yeux du Mirail

H- 30 minutes. Des gamins courent autour des vendeurs de merguez, deux ados zigzaguent sur un scooter ; les mamans sont là les filles aussi, avec ou sans foulard, pendant que la Salamandre, l'école de musique du quartier, assure une très honorable première partie. C'est ambiance station balnéaire sur les bords du lac de la Reynerie, en attendant le grand concert de clôture de la "Fête nautique" organisée par le centre d'animation du quartier.

Lire la suite

Le chien aboie...

CarvanePasse"La Caravane passe" s’est arrêtée samedi soir Place Arnaud-Bernard pour deux heures de concert déjanté. Toma, Llugs, Cyrius, Ben et Pat viennent tout droit de Plèchti, tout petit village qui ne figure même pas sur les cartes, pour submerger le public toulousain de son énergie débordante.

La musique est entraînante pour des textes universellement drôles. Que se soit le "Kebab Uni" qui, aux quatre coins du monde, enfile ses "salade, tomate, oignons", couplet que le public reprend en choeur, ou bien la fête en l’honneur du mariage de Sacha, cousin de Llugs, et Mona, cousine de Toma.

La bonne humeur est à la fête avec ce groupe de joyeux drilles qui pour rien au monde ne se prendrait au sérieux. En digne fête familiale plèchtienne, les cinq musiciens ont déambulé en musique parmi un public de tout âge, comblé et joyeux, en remerciement à "tous ces gens qui ont sautés dans la caravane", lance Toma.

samedi, juin 14 2008

La Fanfare, véritable remède contre le Bleu à l’âme

4-1, le résultat est sans appel et c’est une véritable douche froide qui arrose les clients de la Bodega El Camino, ce vendredi soir. "Moi, je vais pas rester !", lance, désabusé, un jeune homme qui avait placé plein d’espoir dans l’équipe des Bleus.

Pas facile, pour la Fanfare de ranimer la flamme après une soirée footballistique en demi-teinte. Les sept musiciens sont aussi vêtus de bleu mais leur musique marque, elle, à tous les coups. "Approchez-vous pour combler ce vide devant nous", lâche le guitariste tentant de remettre l’ambiance à la fête.

Après quelques accords d’accordéon soutenus par un saxophone frondeur et une grosse caisse résonnante, le public ne tarde pas à se lâcher. Nous croisons même celui qui ne devait "pas rester". Une bière à la main tendue bien haut, il a finalement vite oublié son Bleu à l’âme.

jeudi, juin 12 2008

Un petit morceau de ciel au Bijou

Hier soir, le joaillier du Bijou, Philippe Pagès, accueillait dans un écrin de musique le trio de Kocka Neba. Ce petit morceau de ciel, traduction littérale du nom du groupe, était, le temps d’une soirée, d’un bleu pur au-dessus de la tête des Toulousains venus assister au spectacle.

Pure, comme la voix impressionnante de Haris Haka RESIC. Originaire de Bosnie-Herzegovine, il a donné le ton dès le premier chant traditionnel où le public s’est retrouvé plongé dans les lointaines contrées balkaniques.

Nous étions là comme assistant à une fête de là-bas. Au point, qu’en plein milieu du concert, une spectatrice s’est invitée sur scène pour danser dans un tournoiement infini. En résumé : l’esprit communicatif et joyeux des Balkans.

Le Bijou

dimanche, juin 1 2008

Bringue bal al Camino !

Violon Bringue à El Camino 31052008

Si vous étiez à la bodega El Camino samedi soir, vous avez dansé (et chanté !) avec Violon bringue. Sabrina au violon, Jean-Luc à la guitare et à l'accordéon, Gilles (encore lui !) à la clarinette, pour du jazz manouche, de la musique klessmer (juive, tzigane) ou des airs bulgares et macédoniens. Le résultat se juge sur pieds...

vendredi, mai 30 2008

Balkandjis, les gars des Balkans

Il s'appelle Dimitri et vous l'avez peut-être déjà entendu sur le parvis de Saint-Sernin le dimanche. C'est un virtuose de ce violon bulgare appelé gadulka et le public du Petit London a pu l'apprécier hier soir, mis en valeur par ses compagnons, Ivan à l'accordéon et Haka au tapan (tambour). Nous jouons des musiques de Bulgarie, de Bosnie, de Grèce..., mais en essayant de préserver leur identité propre, sans faire de mélange explique Ivan, le puriste, cependant que le public novice inventait des danses... très peu balkaniques.

Ivan et Haka joueront dans leur formation Kocka Neba au Bijou les 10 et 11 juin.

Voyage en famille

La scène du Chapeau Rouge prend des airs de roulotte pour un voyage en famille. Rodinka, qui veut dire petite famille en tchèque, vous invite à traverser les Balkans en musique.

rodinka

Lire la suite

- page 1 de 2