Ces cinq femmes, toutes soeurs ou cousines, reprennent des airs traditionnels slaves et tziganes au violon et à l’accordéon. La voix limpide de Stania, qui avoue au public chanter depuis la première minute où elle est née, clame aussi bien l’amour que la fête.

Leur roulotte navigue de la Slovénie en passant par la Hongrie pour aller jusqu’en Roumanie et même frôler les frontières russes. Le public plonge ainsi dans les différentes identités culturelles au rythme de la musique klezmer.

Jusqu’au 31 mai au Chapeau Rouge, 56, allées Charles-de-Fitte