Le départ est prévu le 14 juillet au matin dans un bus aménagé pour l’occasion. Les 14 artistes, issus des rangs de Mix Art Myrys, vont retrouver la petite ville de Mostar. Le centre culturel français leur a effectivement demandé des ateliers pour les enfants de la guerre.

"Nous voulons montrer que la misère est aussi en Europe", explique Guillaume qui animera un atelier de création de pendentifs. Il poursuit : "Si pour nous, il s’agit d’un véritable projet d’échanges, pour eux, c’est aussi un projet humanitaire."

Car le conflit a laissé de graves séquelles chez ces enfants, et pas que physiques. Ainsi, "il faut bien comprendre, raconte Guillaume, que la racisme contre les Serbes est inculqué dans leur éducation. C’est leur parents qui ont vécu pleinement la guerre." Et, on n’oublie pas si vite celui qui n’était qu’un ennemi hier.

L’équipée culturelle se prépare donc pour 4.000 km aller-retour. Et, ils veulent aussi apporter du matériel qui laisseront sur place. S’ils partent sur leurs fonds propres, ils ne sont pas contre un peu d’aide. Vous risquez donc de les croiser sur la Prairie des Filtres où ils vendront des photos de Mostar et des T-shirts Putnik Cirkus pour les aider, comme le résume Guillaume, à "donner le sourire aux enfants de la guerre."

Contact : putnikcirkus@laposte.net